Volontariat international en administration (VIA) : quelles sont les conditions et comment partir travailler à l’étranger ?

Parmi les différents choix de service civique, plus de 10 000 jeunes partent travailler à l’étranger chaque année grâce au volontariat international. Et c’est somme toute logique puisqu’il s’agit d’une opportunité exceptionnelle ! Des missions au sein des services de l’État français (consulats, ambassades, etc.) sont disponibles dans 120 pays à travers le monde. Pour découvrir le mode de fonctionnement du VIA, rendez-vous dans la première partie de cet article.

Pour partir en Volontariat international en administration, il faut respecter plusieurs critères d’éligibilité. Âge, nationalité, casier judiciaire vierge… Six conditions doivent être impérativement remplies. Si c’est votre cas, il ne vous reste plus qu’à passer à votre inscription sur le site officiel Mon Volontariat International par Business France et à dénicher l’offre de mission qui vous plait le plus.

Côté rémunération, en VIA, les jeunes reçoivent des Indemnités forfaitaires d’entretien (IFE). Ces dernières se composent d’une partie fixe (749,33 €) et d’une partie variable qui dépend du pays d’affectation. Pour en savoir plus sur les IFE, c’est par ici !

Pour tout connaître sur le Volontariat international en administration, sur les conditions à remplir pour y participer, sur les démarches à réaliser pour s’envoler vers l’étranger et sur la rémunération des volontaires, poursuivez simplement la lecture de cet article.

VIA : qu’est-ce que le Volontariat international en administration ?

Cadre sécurisant, expérience humaine et professionnelle, découverte d’une autre culture, apprentissage d’une langue étrangère, atout pour son CV… Les avantages de partir en VIA ne manquent pas, même s’il y a aussi quelques inconvénients, notamment des critères d’éligibilité et l’impossibilité de cumuler emploi et VIA.

 

Un service civique à l’étranger

Le VIA ou Volontariat international en administration est un service civique réalisé à l’étranger pour les services de l’État français.

Concrètement, cela signifie travailler pour :

  • les consulats ;
  • les ambassades ;
  • les services et missions économiques français à l’étranger ;
  • les services de coopération et d’action culturelle.

Côté métiers, vous avez l’embarras du choix : enseignement, droit, économie, médecine, hôtellerie-restauration, informatique, veille économique, commerciale ou scientifique, sciences politiques, recherche, etc.

Les destinations possibles ? Pas moins de 120 pays s’ouvrent à vous comme l’Afrique du Sud, l’Australie, la Colombie, le Mexique, la République tchèque ou encore le Vietnam. Tous les continents sont accessibles !

Avec le VIA, vous vous engagez pour une mission de 6 à 24 mois. Elle peut être renouvelée une seule et unique fois pour 24 mois supplémentaires.

Bon à savoir : les frais de voyage et d’installation sont pris en charge. Mais ce sera tout de même à vous de payer votre loyer une fois sur place (sauf dans certains cas).

Attention, vous ne pouvez partir qu’une seule fois en mission VIA dans votre vie. Il est donc primordial de bien préparer votre projet !

 

VIA ou VIE ?

Dans le volontariat international, il y a deux familles : le VIA (Volontariat international en administration) ou le VIE (Volontariat international en entreprise).

Pour bien comprendre la différence, et faire votre choix de manière éclairé, voici un petit mémo :

  • Quand vous êtes en VIE, vous réalisez une mission pour la filiale d’une entreprise française implantée à l’étranger. Cela peut être dans de nombreux domaines comme le marketing, le commerce international, les télécommunications, l’informatique ou encore l’agronomie.
  • Quand vous êtes en VIA, vous réalisez une mission pour les services français en matière de culture, d’environnement, d’aide humanitaire ou de développement. Ici, point d’entreprise, mais des ambassades, des consulats.

 

Modalités administratives : congés, couverture maladie et droits à la retraite

Contrairement à un PVT (Programme Vacances-Travail) qui vous permet aussi de partir travailler à l’étranger, le VIA offre un cadre sécurisant notamment au niveau administratif.

Tout d’abord, qu’importe votre destination, vous avez droit aux mêmes congés payés que les travailleurs en France. Vous cumulez donc 2,5 jours ouvrés (jours travaillés dans une entreprise ou une administration — il y a 5 jours ouvrés par semaine) par mois de mission.

Par exemple : au bout de 6 mois de mission, vous avez « gagné » 15 jours de congés soit 3 semaines de repos (puisqu’il y a 5 jours ouvrés par semaine).

Bon à savoir : il est également possible de bénéficier de congés exceptionnels pour certains événements (un mariage ou une naissance par exemple).

Concernant votre protection maladie, rassurez-vous, un assureur privé remplace la Sécurité sociale pendant toute la durée de votre mission. Il prendra donc en charge les remboursements de vos frais médicaux sur place sans que vous ayez besoin de souscrire à une assurance privée payante.

Enfin, même si cela peut paraître loin, les indemnités gagnées lors de votre VIA sont prises en compte pour le calcul de votre retraite.

 

Les conditions pour un Volontariat international en administration

Quel que soit votre parcours ou votre niveau d’expérience, vous pouvez partir en VIA… à condition de remplir ces 6 critères d’éligibilité !

 

Les 6 critères à remplir

Pour faire un Volontariat international en administration, vous devez :

  1. Avoir entre 18 et 28 ans au moment de votre inscription. Le départ en mission s’effectue au plus tard le jour du 29e Par exemple : si vous fêtez vos 29 ans le 6 octobre, c’est bon si votre mission démarre le 1eroctobre, mais ça ne l’est plus si le départ est prévu pour le 7 octobre ! Aucune dérogation n’est possible.
  2. Être français ou avoir la nationalité d’un pays de l’Espace économique européen (EEE), à savoir : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède.
  3. Être en règle avec les obligations de service national. Concrètement, cela veut dire que vous devrez communiquer le numéro d’identifiant Défense qui atteste que vous avez bien été recensé et que vous avez participé à la Journée Défense et Citoyenneté. Pour les plus de 25 ans et les jeunes de nationalité étrangère, ce critère ne vous concerne pas.
  4. Avoir un casier judiciaire vierge.
  5. Remplir les conditions d’aptitude physique exigées pour les personnes exerçant des activités de même nature dans l’administration d’accueil.
  6. Accepter de se plier aux obligations de discrétion et de réserve liées à la nature diplomatique de votre future mission.
  7. Ne pas avoir d’activité rémunérée. Nous vous expliquons plus en détail ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas dans la partie ci-dessous.

 

Travail et VIA : ce qui est interdit et ce qui est autorisé

De manière générale, vous ne pouvez pas cumuler travail et VIA. En effet, l’organisme attend de vous votre implication à 100 % dans votre mission. Cela signifie notamment que si vous êtes salarié du secteur privé ou public, ou si vous êtes entrepreneur, vous ne pouvez plus continuer votre activité.

Plus précisément, cela veut dire :

  • Pas de CDI, de CDD, de travail en intérim, d’alternance (contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage), de petit boulot, que ce soit à temps plein ou à temps partiel.
  • Pas d’autoentreprise, de société dont vous seriez l’associé, l’actionnaire ou le mandataire social.
  • Pas d’études non plus ! Vous ne pouvez pas profiter de votre VIA pour continuer votre formation à l’étranger. Il y a une bourse internationale étudiant spécifique pour poursuivre son cursus scolaire hors de France.

Bon à savoir : en cas de fraude sur ce point essentiel, il est important de se rappeler les risques. Si vous maintenez une activité rémunérée, le fisc français peut remettre en cause votre statut de volontaire international. De ce fait, vous serez imposé sur vos indemnités.

Il existe malgré tout quelques exceptions :

  • le stage de fin d’études (à condition que votre école vous autorise à l’effectuer en VIA) ;
  • la création d’œuvres scientifiques, littéraires ou artistiques ;
  • l’enseignement (sauf l’enseignement sportif) à la condition sine qua non que l’administration où vous réalisez votre mission vous donne son autorisation ;
  • les activités bénévoles. Ces dernières ne doivent pas être rémunérées, ni empiéter sur votre temps de travail à l’administration.

 

Inscription VIA : comment faire ?

Vous remplissez les conditions d’éligibilité et avez envie de faire le grand saut ? Alors, suivez le guide !

 

Avant de s’inscrire

Même s’il s’agit d’un volontariat, vous aurez malgré tout à présenter une candidature pour répondre aux différentes offres de mission qui vous intéresse. C’est pourquoi vous devez préparer votre CV.

Si vous êtes de nationalité française et que vous avez moins de 25 ans, vous devez également récupérer votre numéro identifiant défense. Ce numéro vous a été communiqué lors de votre JDC (Journée défense et citoyenneté) : vous le trouverez sur votre certificat de participation.

Bon à savoir : vous avez perdu votre certificat de participation JDC ? Vous pouvez demander une copie au centre du service national où vous avez effectué votre journée d’appel.

 

S’inscrire

Pour vous inscrire et candidater aux différentes missions en VIA, il n’y a qu’un seul et unique site : Mon Volontariat International par Business France

L’inscription est simple, mais demande un peu de temps. Attention, vous ne pouvez pas sauvegarder votre avancée.

  1. Cliquez sur l’onglet « S’inscrire » puis créez votre compte en sélectionnant votre identifiant (email, Google ou Facebook). Un code de vérification vous sera transmis à l’adresse indiquée.
  2. Vous devrez ensuite choisir un mot de passe et accepter les Conditions générales d’utilisation.
  3. Complétez le formulaire d’inscription : vous vous assurerez ainsi de remplir les conditions d’éligibilité imposées.
  4. L’étape 2 comporte un formulaire beaucoup plus poussé : coordonnées, renseignements familiaux, date de disponibilité, CV…
  5. Enfin, un numéro composé d’un V+9 chiffres vous sera communiqué une fois votre inscription finalisée. Conservez-le précieusement.

 

Rechercher une mission

Pour rechercher une mission de Volontariat international en administration, c’est facile : rendez-vous sur le site Mon Volontariat International par Business France, dans la rubrique « Les offres de mission VIE et VIA ».

Vous avez différents filtres à votre disposition :

  • secteur d’activité ;
  • durée de la mission ;
  • continent ;
  • etc.

Chaque offre est structurée de la même manière afin que vous ayez tous les renseignements nécessaires pour faire votre choix :

  • l’intitulé de la mission, la ville et le pays d’accueil, la date de début de mission ainsi que sa durée ;
  • un descriptif détaillé de la mission ainsi que sa rémunération et le mode de contact pour postuler ;
  • le profil idéal (compétences exigées, qualités requises).

Si la mission vous intéresse, vous n’avez qu’à cliquer sur le bouton « Go ! » et c’est parti, votre candidature est envoyée !

 

Et une fois sélectionné ?

Bien qu’il s’agisse de volontariat, vous êtes tout de même lié à l’administration par un contrat. Ce dernier fixe les conditions dans lesquelles vous exercerez votre VIA.

Une visite médicale auprès d’un médecin agréé par l’ARS est prévue dans le mois précédent le début de votre mission. Ce bilan de santé est totalement gratuit, car pris en charge par la CPAM.

Bon à savoir : pensez à vos vaccinations ! Celles-ci doivent être à jour. Selon votre pays d’affectation, vous devrez peut-être faire des vaccins spécifiques (fièvre jaune, typhoïde par exemple). Or, il faut respecter un certain délai entre les différentes injections. Il est donc primordial de vous organiser en amont et ne pas attendre le dernier moment.

Enfin, pensez à :

  • Vérifier si votre passeport est bien valide.
  • Prévenir les organismes sociaux et fiscaux de votre départ.
  • Trouver un logement sur place si celui-ci n’est pas pris en charge par votre administration.

Et bien sûr… profitez !

 

Salaire VIA : à combien s’élève l’indemnité mensuelle ?

Le Volontariat international en administration n’est pas du bénévolat ! Vous serez donc rémunéré pendant toute votre mission. Une partie de votre indemnité est fixe, l’autre est dite « géographique » et dépend du pays où vous serez en VIA.

 

Salaire ou indemnité ?

Le terme exact pour parler de la rémunération de votre VIA est : Indemnités forfaitaires d’entretien (IFE). En effet, on ne peut parler de salaire à proprement parler, car :

  • Aucune cotisation n’est prélevée sur votre rémunération.
  • Le montant que vous percevez n’est pas imposable sur le revenu en France.

En bref, pas de calcul à faire pour connaître le net. Le « salaire » annoncé dans les fiches de mission est le montant que vous recevrez et vous ne payerez aucun impôt dessus.

 

Indemnité fixe et indemnité géographique

Le montant de l’indemnité fixe est le même pour tous les volontaires internationaux : 749,33 €.

Le montant de l’indemnité géographique (également appelée indemnité supplémentaire) fluctue suivant votre pays d’affectation, voire la ville où vous travaillerez. Son montant varie tous les 3 mois en fonction du taux de change et du coût de la vie sur place. Elle est comprise entre 775,57 € et 4 152,14 € (barème de juillet 2022).

Ce sont le ministre des Affaires étrangères et le ministre délégué au Budget qui fixent ces montants par arrêté trimestriel : ils ne sont donc pas négociables.

 

Dégrèvement des indemnités forfaitaires

Dans certains cas, il est possible que vos indemnités soient diminuées.

C’est le cas dans les situations suivantes :

  • Vous séjournez plus de 7 jours consécutifs en France ou dans les DOM-TOM pendant votre mission (y compris pour vos congés ou pour les besoins de la mission). Vous recevrez 100 % de votre indemnité fixe, mais l’indemnité géographique sera adaptée au montant le plus faible de la Zone Euro.
  • Votre administration prend en charge tout ou partie de votre budget logement. Vous recevrez 100 % de votre indemnité fixe, mais l’indemnité géographique sera diminuée de 20 %.
  • Vous avez choisi une VIA dans un pays de l’Espace économique européen (EEE) où vous avez votre résidence principale. Vous recevrez 100 % de votre indemnité fixe, mais votre indemnité géographique sera réduite de 85 %.
  • Vous êtes en congé maladie ou en congé maternité. Vous recevrez 100 % de votre indemnité fixe, mais votre indemnité géographique sera revue à la baisse de moitié (50 %).

 

Modalité de versement des indemnités

C’est Business France qui va vous verser vos IFE, et non l’administration pour laquelle vous travaillez. Toutes les fins de mois, vous recevrez vos indemnités par virement, sur votre compte bancaire en France. Il est donc impératif de conserver un RIB français malgré votre départ en VIA !

📚 D’autres articles peuvent vous intéresser : pour davantage d’informations sur les services civiques, consultez les articles suivants :

Quelles sont les différents types de services civiques ? 

le forum
Une question à poser ? Un problème à soulever ? Toute une communauté à votre écoute ...

Crédit photo : © Halfpoint/ Adobe

Laisser une réponse

À quelles aides sociales avez-vous droit ? Simulation gratuite
Posez votre question