Perçoit-on encore les prestations familiales après le décès d’un enfant ? Sous quelles conditions ?

La perte d’un enfant est un moment particulièrement douloureux lorsque, malheureusement, il survient dans la vie. Afin d’accompagner au mieux les parents dans cette épreuve, la CAF (ou la MSA pour les personnes du secteur agricole) verse aux familles endeuillées une aide pour le décès de l’enfant dont le montant est de 1.000 ou 2.000 euros (selon les ressources de la famille).

De plus, les modalités de maintien et de prolongation des prestations familiales en cas de décès d’un enfant ont été modifiées par deux décrets d’application, parus le 30 janvier 2022. Grâce à ces nouvelles mesures, les parents peuvent désormais continuer à percevoir l’ensemble des prestations familiales pendant les 3 mois qui suivent le décès de l’enfant. Décès d’un enfant et prestations familiales : l’essentiel à savoir.

Retrouvez dans cet article les prestations familiales que continuent à percevoir les familles endeuillées par le décès d’un enfant.

Décès d’un enfant et prestations familiales : quelles sont les allocations maintenues ?

Depuis le 1er janvier 2022, le versement des prestations familiales est prolongé pendant une période de trois mois après le décès d’un enfant qui reste considéré administrativement encore à charge pendant cette durée. Cette mesure a été prise afin d’éviter qu’une baisse brutale des revenus ne s’ajoute à la difficulté de l’évènement.

Les prestations familiales concernées sont les suivantes :

Les prestations familiales ainsi maintenues viennent s’ajouter à l’allocation forfaitaire versée par la CAF ou la MSA et dont le montant est de 1.000 ou 2.000 euros selon les revenus du foyer (en savoir plus).

Bon à savoir : La prime à la naissance est maintenue si le décès survient à partir du premier jour du mois qui suit le cinquième mois de grossesse. La prime à l’adoption est maintenue si le décès survient le mois de l’adoption.

 

Sous quelles conditions les prestations familiales sont-elles maintenues lorsqu’un enfant décède ?

Selon les deux décrets du 28 janvier 2022 (le décret n°2022-85 et le décret n°2022-86), les conditions d’attribution des prestations familiales restent inchangées pendant une période de 3 mois suivant le décès de l’enfant. Cela signifie que les prestations sont toujours calculées pour l’ensemble de la famille en tenant compte de l’enfant décédé.

Au-delà d’une durée de 3 mois après le décès de l’enfant, la composition du foyer ainsi que l’ensemble des ressources sont réévaluées et le montant des prestations est fixé selon ce nouvel examen.

Point important : Depuis 2017, les bénéficiaires du RSA et de la prime d’activité ayant perdu un enfant mineur peuvent bénéficier du dispositif Leana. Il s’agit du maintien de la prise en charge de l’enfant pour le calcul du RSA (et de la prime d’activité) durant les 12 mois suivant son décès.

La demande de ce maintien doit être adressée au président du Conseil départemental dans un délai de 6 mois suivant le décès de l’enfant.

le forum
Une question à poser ? Un problème à soulever ? Toute une communauté à votre écoute ...

Crédit photo : © StockUnlimited

 

Laisser une réponse

À quelles aides sociales avez-vous droit ? Simulation gratuite
Posez votre question