L’allocation journalière du proche aidant : Quelles conditions pour percevoir cette allocation pour s’occuper d’un proche dépendant ?

L'allocation journalière du proche aidantEn France, de nombreuses personnes accompagnent au quotidien un de leurs proches en situation de dépendance ou de handicap grave avec le statut d’aidant familial. Pour les soutenir dans ce rôle, plusieurs aides financières pour s’occuper d’un proche malade ont été mises en place.

Le 30 septembre 2020, une nouvelle allocation est entrée en vigueur. Il s’agit de l’Allocation Journalière du Proche Aidant (AJPA). Versée sous conditions, cette aide financière s’adresse aux personnes qui sont contraintes de réduire ou cesser leur activité professionnelle lors d’un congé du proche aidant.

Il s’agit d’une allocation versée par la CAF ou la MSA selon le régime des bénéficiaires. Pour 2020, son montant s’élève à 43,83 euros pour les personnes en couple et 52,08 euros pour les personnes seules (en savoir plus sur les montants et les versements).

Si vous pensez être éligible et souhaitez percevoir l’AJPA, vous devez faire une demande auprès de la CAF ou de la MSA (voir comment faire).

Poursuivez la lecture de cet article pour en savoir plus sur les conditions et les modalités de versement de l’AJPA.





Allocation aidant : les conditions pour toucher l’AJPA

Pour bénéficier de l’AJPA, vous et la personne que vous aidez devrez remplir plusieurs conditions.

En tant que proche aidant, pour toucher l’AJPA, vous devez :

  • Avoir un des liens suivants avec le proche que vous aidez : être en couple avec cette dernière (conjoint, concubin, ou partenaire de pacs), être un parent proche (ascendant, descendant ou toute autre), ou résider avec une personne âgée ou handicapée que vous aidez de manière régulière et fréquente
  • Résider sur le territoire français de manière stable et régulière
  • Être dans l’une de ces situations professionnelles : salarié(e)dans le public ou le privé ayant demandé un congé proche aidant, travailleur indépendant, stagiaire de la formation professionnelle rémunérée, demandeur d’emploi indemnisé, VRP, ou salarié d’un particulier employeur
  • Avoir réduit ou cessé votre activité pour aider la personne proche concernée
  • Ne pas percevoir de rémunération de la part de la personne proche concernée au titre de l’APA ou de la PCH
  • Ne pas être bénéficiaire d’une des aides suivantes :
    • Indemnités journalières de congé maternité, paternité, ou adoption
    • Indemnisation d’interruption d’activité
    • Allocation de remplacement pour maternité ou paternité
    • PREPARE de la PAJE
    • Allocation aux adultes handicapés (AAH)
    • Complément et majoration de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapée (AEEH) versée pour l’enfant aidé
    • Allocation journalière de présence parentale (AJPP)
    • Allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie (AJAP)
  • Ne pas avoir perçu la totalité des 66 allocations journalières au cours de votre carrière professionnelle (voir plus bas)

Le proche que vous aidez devra par ailleurs :

  • Résider sur le territoire français de manière stable et régulière
  • Avoir soit un taux d’incapacité de minimum 80% soit un degré de dépendance fixé par le Conseil départemental (GIR entre 1 et 3)

Si vous et le proche que vous aidez remplissez toutes ces conditions, vous pouvez alors faire une demande d’AJPA. De plus, de nombreuses aides existent pour les personnes handicapées, il est possible que la personne aidée dans le cadre de l’AJPA puisse en profiter.

Point important : Si vous devez cesser ou réduire votre activité pour vous occuper de votre enfant de 20 ans, vous devez demander l’Allocation Journalière de Présence Parentale (AJPP) dont les montants et la durée sont identiques à l’AJPA.

 

Faire une demande d’allocation pour les aidants familiaux

L’AJPA n’est pas une aide attribuée automatiquement. Pour en bénéficier, vous devrez faire une demande auprès de la CAF ou la MSA en fonction de votre régime.

  • Si vous êtes rattaché à la CAF, le plus simple est de réaliser votre demande d’AJPA en ligne. Que vous soyez allocataire ou non, la démarche peut être effectuée directement sur le site de la CAF. Pour cela, connectez-vous à votre espace CAF et faites votre demande via la rubrique « Demander une prestation ». Si vous n’êtes pas encore allocataire CAF, cliquez ici pour accéder au service CAF dédié. Vous pouvez également compléter le formulaire de demande l’AJPA et l’envoyer à votre CAF (ce formulaire est disponible ci-dessous “si vous êtes rattaché à la MSA”).
  • Si vous êtes rattaché à la MSA : cliquez ici pour obtenir le formulaire de demande d’AJPA. Renvoyez ensuite le document complété à votre MSA avec les justificatifs demandés.

Une fois votre demande acceptée, pour continuer à percevoir l’AJPA, vous devrez remplir une attestation envoyée tous les mois par la CAF ou la MSA.


AJPA CAF : montants et versement de cette allocation

Si vous êtes éligible au versement de l’AJPA, vous pourrez toucher cette aide :

  • Pour 66 jours maximum pour l’ensemble de votre carrière professionnelle, sachant que ces 66 jours sont fractionnables par demi-journée, sauf si vous êtes demandeur d’emploi
  • Pour 22 jours maximum au titre d’un mois civil

Si vous êtes en couple et que vous et votre conjoint êtes tous les deux des proches aidants pour une même personne, sachez que vous pouvez en bénéficier tous les deux et cumuler vos AJPA (vous aurez alors droit à 22 jours d’AJPA par mois chacun). Pour cela, il est nécessaire d’effectuer deux demandes d’AJPA séparées.

Concernant les montants de l’AJPA, ils ont été fixés, pour l’année 2020, à :

  • 52,08 euros par jour si vous vivez seul(e)
  • 43,83 euros par jour si vous êtes en couple

Enfin, sachez que si vous êtes demandeur d’emploi, vous avez l’obligation de signaler à Pôle emploi le nombre de jours de congés pour proche aidant que vous avez pris. Pôle emploi calculera alors vos indemnités chômage en conséquence, et vos ARE seront réduites du nombre de jours durant lesquels est versée l’AJPA.

Bon à savoir : le versement de l’APJA ouvre le droit à l’assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF) de manière automatique. Il s’agit par ailleurs d’une aide imposable, soumise au prélèvement à la source.





Crédit photo : © StockUnlimited

Laisser une réponse

Posez votre question