Accompagnement scolaire : quelles sont les aides possibles ? Quels projets permettent de soutenir les élèves ?

Les projets d'accompagnement scolaireEn France, il existe différents projets d’accompagnement pour permettre la scolarisation en milieu ordinaire du plus grand nombre d’élèves. Ces programmes d’accompagnement représentent de véritables aides pour la scolarité des élèves qui en ont besoin.

Le Projet d’Accueil Individualisé (PAI), tout d’abord, s’adresse aux enfants souffrant de pathologies chroniques qui peuvent affecter la poursuite de leur scolarité.

Le Programme Personnalisé de Réussite Éducative (PPRE), quant à lui, vise à mettre en place un plan d’action spécifique pour les élèves ayant des difficultés scolaires.

Les enfants ayant des troubles d’apprentissage (notamment les élèves dits « dys ») peuvent, quant à eux, bénéficier d’aménagements particuliers dans le cadre d’un Plan d’Accompagnement Personnalisé (PAP).

Si votre enfant est en situation de handicap, c’est un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) qui pourra être mis en place.

Enfin, sachez que dans certains cas, il est possible d’opter pour une scolarisation à domicile (voir les détails).

Poursuivez la lecture de cet article pour en savoir plus sur les différents projets d’accompagnement scolaire.

PAI : un accompagnement scolaire pour les enfants avec pathologies chroniques

L’état de santé de votre enfant nécessite des aménagements particuliers à l’école ?

Un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) peut être mis en place pour lui permettre de suivre une scolarité classique grâce à une prise en charge sur mesure.

Pour qui ?

Le PAI concerne les élèves souffrants :

  • D’affections psychiques : troubles scolaires anxieux, phobies scolaires, troubles alimentaires, etc.
  • De problèmes de santé divers : cancer, diabète, asthme, allergies, épilepsie, etc.

Pour quoi faire ?

Le PAI permet d’aménager la scolarité d’un enfant en fonction de sa pathologie, et de mettre en place une surveillance adaptée au sein de l’école (protocoles d’urgence, prises de traitements, soutien scolaire, aménagements horaires pour les visites médicales, etc.).

Comment le mettre en place ?

Le PAI est mis en place à l’initiative des parents (ou représentants légaux) ou de l’établissement scolaire lui-même (avec accord obligatoire des parents). Il implique de nombreux acteurs au sein et en-dehors de l’école (infirmier scolaire, médecin traitant, enseignant, etc.).

Le PAI est compatible avec un PAP, un PPS, ou un PPRE.

Le PAI

 

PPRE : l’accompagnement scolaire pour les difficultés d’apprentissage

Le programme personnalisé de réussite éducative (PPRE) permet de mettre en place un plan d’action éducatif et pédagogique adapté aux problématiques d’apprentissage d’un élève. Il est à distinguer du PAP, qui concerne les enfants ayant des troubles d’apprentissage (troubles « dys »).

Pour qui ?

Le PPRE concerne les élèves :

  • En situation de redoublement : dans ce cas, le PPRE est obligatoire
  • Intellectuellement précoces (souvent appelés « HP »)
  • Ayant des difficultés pour apprendre, particulièrement en français, en maths ou en langues vivantes

Pour quoi faire ?

L’objectif du PPRE est de mettre en place un suivi personnalisé pour l’élève ayant besoin d’une pédagogie adaptée à ses difficultés scolaires. Il peut se concrétiser par la mise en place de soutien scolaire, d’aménagements dans le travail et les devoirs, d’évaluations adaptées, etc.

Comment le mettre en place ?

Le PPRE est mis en place dans un premier temps par l’enseignant qui évalue les besoins spécifiques de l’élève concerné. Un plan d’action impliquant l’élève, l’équipe éducative et les représentants légaux est ensuite défini. L’idée est de renforcer le lien entre ces différents acteurs pour favoriser la réussite et l’épanouissement scolaires de l’enfant.

Le PPRE

 

PAP : l’accompagnement scolaire pour les troubles de l’apprentissage

Le Plan d’accompagnement personnalisé (PAP) permet de mettre en place des aménagements personnalisés pour les élèves ayant des troubles de l’apprentissage. Il peut être mis en place à tout moment, de la maternelle au lycée.

Pour qui ?

Le PAP concerne les élèves qui sont gênés dans leurs apprentissages en raison d’un ou plusieurs troubles identifiés comme étant :

  • Un trouble « dys » : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysphasie, dyspraxie, dysgraphie
  • Un déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH ou TDA)

Le PAP ne concerne pas les enfants reconnus en situation de handicap par la MDPH.

Pour quoi faire ?

L’objectif du PAP est de faire bénéficier l’enfant concerné d’aménagements spécifiques, soit tout au long de sa scolarité soit à des périodes données. Par exemple, cela peut se concrétiser par le recours à des outils spécifiques (ordinateur ou autres) ou l’aménagement de certaines évaluations (ex. : temps supplémentaire octroyé pour finir le devoir).

Comment le mettre en place ?

Le PAP peut être demandé par les responsables légaux de l’enfant ou proposé par le conseil de classe. Plusieurs étapes sont ensuite nécessaires, à commencer par l’examen par un médecin de l’éducation nationale.

Le PAP

 

PPS : un accompagnement scolaire pour les enfants avec pathologies chroniques

Un PPS permet aux élèves en situation de handicap de poursuivre leur scolarité en milieu ordinaire tout en bénéficiant d’aménagements adaptés.

Pour qui ?

Le PPS concerne les élèves qui ont été reconnus en situation de handicap par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

Pour quoi faire ?

Le PPS sert à aménager la scolarité de l’enfant en fonction de son handicap. Cela peut concerner les outils pédagogiques utilisés, mais aussi la mise en place d’accompagnements et scolaires spécifiques.

Comment le mettre en place ?

Les parents ou représentants légaux doivent faire une demande de PPS auprès de la MDPH. Si l’enfant est majeur, il peut effectuer la demande lui-même.

Les directeurs d’école et chefs d’établissement sont responsables de sa mise en œuvre, tandis que les enseignants assurent son suivi.

Le PPS

 

Accompagnement éducatif enfant : le choix de l’école à la maison

En France, il est possible de scolariser ses enfants à domicile. Toutefois, depuis septembre 2022, les conditions se sont durcies. Seuls certains motifs bien spécifiques permettent de faire l’école à la maison.

Pour qui ?

Désormais, seuls les enfants se trouvant dans l’une des situations suivantes peuvent être scolarisés à domicile :

  • État de santé ne permettant pas l’inscription en établissement scolaire (maladie ou handicap)
  • Activité artistique ou sportive intensive empêchant la poursuite du rythme scolaire
  • Famille itinérante
  • Lieu de résidence trop éloigné de tout établissement scolaire public
  • Profil particulier nécessitant la mise en place d’un projet pédagogique spécifique
  • Harcèlement scolaire

Bon à savoir : avant 2022, les motifs pour scolariser les enfants à domicile étaient plus souples. Ainsi, les élèves qui étaient déjà dans ce cas avant la rentrée 2022 peuvent, sous conditions, continuer à faire l’école à la maison pendant 2 années supplémentaires même s’ils ne rentrent pas dans le cadre énoncé ci-dessus.

Quel cadre légal pour l’école à la maison ?

La scolarisation à domicile est encadrée par la mairie et l’inspection académique. Il doit faire l’objet d’une autorisation du Directeur académique des services de l’éducation nationale et entrer dans un cadre légal précis, sous peine de sanctions (amendes voire prison).

L'école à domicile

📚 D’autres articles peuvent vous intéresser :

 

le forum
Une question à poser ? Un problème à soulever ? Toute une communauté à votre écoute ...

Crédit photo : © auremar / Adobe

Laisser une réponse

À quelles aides sociales avez-vous droit ? Simulation gratuite
Posez votre question