Remboursement chiropracteur : quels sont les tarifs, quelle est la prise en charge de la CPAM et de la mutuelle ?

Que ce soit pour soulager un torticolis, une lombalgie ou pour soigner des céphalées incommodantes ou une hernie discale, le chiropracteur est un praticien parfois recommandé par les médecins. Professionnel de médecine douce reconnue par l’OMS et le ministère de la Santé, il choisit librement le prix de ses consultations et la prise en charge se fait au titre du remboursement des médecines alternatives. Il faut généralement compter 70 € pour un rendez-vous en chiropraxie.

Son statut de thérapeute indépendant non-médecin l’empêche d’être pris en charge par la Sécurité sociale. Le remboursement d’une séance chez le chiropracteur par la CPAM n’est donc pas possible. La seule solution est d’avoir une complémentaire santé qui offre un forfait dédié aux médecines alternatives. Il est alors envisageable de se faire rembourser une consultation en chiropraxie par sa mutuelle : il suffit d’envoyer la facture acquittée, tamponnée et signée par le professionnel.

Pour en savoir plus sur le remboursement des rendez-vous chez le chiropracteur et sur les tarifs pratiqués, poursuivez simplement la lecture de cet article.

Tarif chiropracteur : une médecine douce aux prix qui varient du simple au triple

Le rôle du chiropracteur est de soulager et soigner manuellement les douleurs du dos et des articulations. À ce titre, il pratique la chiropractie, également écrite chiropraxie, une médecine douce reconnue depuis 2002 en France.

 

Une profession réglementée

La chiropraxie est une médecine dite alternative, reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 1987. Elle permet une prise en charge efficace des troubles neuro-musculo-squelettiques, mais ce n’est qu’en 2002 seulement que le ministère de la Santé reconnaît officiellement son existence dans l’article 75 de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé :

  • Le statut de thérapeute indépendant non-médecin : cela entraîne notamment des conséquences au niveau du remboursement par l’Assurance santé, mais également une liberté de la part du patient qui peut consulter un chiropracteur sans passer par son médecin traitant (parcours santé).
  • Le titre de chiropracteur : ce dernier ne peut être utilisé que par les personnes titulaires d’un diplôme délivré par un établissement de formation agréé par le ministre chargé de la santé (l’IFEC — l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie).

En 2011, le décret n° 2011-32 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de la chiropraxie vient compléter l’article précédemment cité. Les chiropracteurs deviennent alors les seuls thérapeutes non-médecins autorisés par la loi à pratiquer des manipulations vertébrales sans accord médical.

Enfin, en 2013, l’Agence régionale de santé (ARS) donne accès au Répertoire partagé des professionnels intervenant dans le système de santé (RPPS) aux chiropracteurs titulaires d’un diplôme. Cela leur permet notamment de recevoir un numéro ADELI, un numéro qui aura son importance par rapport au remboursement des séances de chiropraxie par les complémentaires santé.

 

Chiropracteur ou ostéopathe : quelles sont les différences ?

Avant d’aller plus loin, il est important de faire la distinction entre un chiropracteur et un ostéopathe, car le remboursement de séances d’ostéopathie est légèrement différent de celui de séances de chiropraxie.

Pour soulager des douleurs du dos ou des contractures musculaires, beaucoup de Français hésitent : ostéo ou chiro ?

Tout d’abord, au niveau des manipulations, les ostéopathes exercent leurs actes sur l’ensemble du corps : dos, articulations, ligaments, muscles, viscères, crâne. Leur vision est plus globale que celle des chiropracteurs qui se focalise essentiellement sur la colonne vertébrale. Toutefois, l’approche en chiropraxie est dite pluridisciplinaire puisque l’état psychique est également pris en compte.

Ensuite, au niveau du cursus de formation, les ostéopathes doivent décrocher un diplôme en 5 ans minimum dans une école agréée par le ministère de la Santé. Il en existe une pléthore, ce qui entraîne une différence notable entre les praticiens et la qualité de leur accompagnement. Du côté des chiropracteurs, c’est le passage obligé par l’IFEC (l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie) pour 6 années. C’est le seul établissement en France.

Dans tous les cas, si vous hésitez entre ces deux praticiens, rapprochez-vous de votre médecin traitant afin qu’il vous envoie vers le professionnel le plus à même de vous soulager ou de vous soigner.

 

Prix d’une séance chez le chiropracteur

Les chiropracteurs ne sont pas considérés comme des médecins. Leur statut de thérapeute indépendant non-médecin leur permet donc de ne pas avoir à se plier aux différentes conventions médicales instaurées par la Sécurité sociale. Par conséquent, ils peuvent choisir librement leur tarif. De manière générale, le prix de la première séance est toujours plus élevé (environ 10 € de plus) que les suivantes qui sont des consultations dites « de suivi ».

Le prix d’une séance de chiropraxie initiale varie entre 40 € (en province) et 100 € dans les grandes villes (comme Paris). En moyenne, comptez environ 70 € pour une consultation chez un chiropracteur.

 

Chiropracteur : remboursement par la Sécurité sociale

Comme nous l’avons dit plus haut, les chiropracteurs ne sont pas considérés comme des médecins, mais comme des thérapeutes indépendants non-médecins. De ce fait, une consultation de chiropraxie n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale.

Si vous êtes bénéficiaire de la PUMA (ex-CMU), vous ne pourrez pas non plus être remboursé de vos rendez-vous chez le chiropracteur.

 

Remboursement chiropractie par la mutuelle

La solution pour être remboursé de vos séances de chiropraxie est de se tourner vers votre complémentaire santé.

En effet, de plus en plus de mutuelles proposent une prise en charge totale ou partielle des frais chez les praticiens de médecines douces (ostéopathes, chiropracteurs, sophrologues, hypnothérapeutes, etc.). Cependant, il s’agit généralement des formules intermédiaires ou premium. Pour les formules de base, les remboursements sont moindres, voire inexistants.

Vous avez souvent deux possibilités :

  • Un forfait annuel dédié aux consultations de chiropraxie (par exemple : 200 €)
  • Un forfait par séance (par exemple : un remboursement de 40 €/séance pour 5 séances par an maximum)

Pour savoir si votre mutuelle prend en charge les soins en chiropraxie, lisez avec attention votre contrat et les différentes garanties. Vous y trouverez le type de remboursement possible ainsi que le montant annuel maximum dédié à ces soins.

Bon à savoir : vous êtes bénéficiaire de la Complémentaire santé solidaire (ex-CMU-C) ? Comme les séances de chiropraxie ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale, la CSS ne vous remboursera rien sur vos consultations.

Si vous allez souvent chez le chiropracteur, il peut être intéressant d’opter pour une complémentaire santé un peu plus chère, mais qui couvre davantage vos frais en la matière. Le mieux est d’utiliser un comparateur de mutuelles avant toute souscription :

Enfin, pour faire une demande de remboursement de séances chez le chiropracteur à votre mutuelle, vous devez transmettre la facture du praticien payée, tamponnée et signée par courrier, par mail ou via votre espace numérique (suivant les complémentaires santé). En effet, comme la Sécurité sociale ne prend pas en charge ce type de soin, vous ne pouvez pas utiliser la carte Vitale. Vous recevrez ensuite votre remboursement selon les délais habituels.

Attention : les mutuelles ne prennent en charge que les professionnels dotés d’un numéro ADELI (c’est-à-dire de vrais chiropracteurs diplômés par l’IFEC). Pour votre propre sécurité, évitez de vous rendre chez un praticien qui ne possède pas ce numéro !

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

le forum
Une question à poser ? Un problème à soulever ? Toute une communauté à votre écoute ...

Crédit photo : ©Pixel-Shot / Adobe

Laisser une réponse

À quelles aides sociales avez-vous droit ? Simulation gratuite
Posez votre question