Comment fonctionne la colocation avec une personne âgée ? Pourquoi faire cohabiter étudiants et seniors ?

colocation avec personne agée annonceDepuis quelques années, la colocation intergénérationnelle se développe en France, particulièrement entre étudiants et personnes âgées.

Le principe ? Mettre en lien un jeune qui cherche un logement avec un senior souhaitant l’héberger. Basée sur un système d’entraide et de solidarité, cette cohabitation intergénérationnelle offre des avantages pour chacun des colocataires, permettant notamment à l’étudiant de disposer d’un logement gratuit ou à prix modéré, et à la personne âgée d’éviter l’isolement (voir les atouts pour chacun).

Encadrée par la loi depuis novembre 2018, la colocation intergénérationnelle peut faire l’objet d’un contrat de location appelé « contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire » (voir comment fonctionne la cohabitation intergénérationnelle).

Pour faciliter la mise en relation des seniors et des jeunes, ce type de colocation est souvent géré ou encadré par une association locale, dont une grande partie est regroupée au sein du Réseau COSI (voir qui contacter).  Des acteurs de proximité accompagnent les personnes souhaitant bénéficier de ce concept solidaire ou l’ayant déjà adopté, comme c’est le cas en Bretagne avec les initiatives « Tiss’âges » à Brest et « Maison en ville » à Rennes (découvrir ces initiatives locales).

Si vous souhaitez approfondir vos recherches sur la colocation avec une personne âgée, connaître les avantages de ce système de solidarité et savoir comment être accompagné, consultez la suite de cet article.





Cohabitation intergénérationnelle : Pour qui et pourquoi ?

Des avantages pour le jeune et le senior

La « colocation intergénérationnelle » ou encore « cohabitation intergénérationnelle » consiste à mettre en relation des seniors avec des jeunes en les faisant cohabiter.

Le concept  est simple : Une personne âgée met à disposition d’un jeune une partie de son logement à un coût modéré, voire gratuitement. En échange de cela, le jeune s’engage à rendre des petits services ou à offrir simplement une présence régulière à la personne qui l’héberge (partage de repas, temps de discussion et d’échanges, promenades…).

Née d’une volonté de rapprocher les générations et de renforcer la solidarité entre jeunes et retraités, la colocation intergénérationnelle comporte des avantages pour chacune de des parties :

  • Pour la personne âgée : Le fait d’avoir un jeune colocataire permet de rompre l’isolement, de bénéficier de petits services pratiques (jardinage, courses, bricolage…) ou encore de s’assurer une petite source de revenus supplémentaire. Si vous le souhaitez, découvrez l’ensemble des dispositifs en faveur des personnes âgées sur ce lien.
  • Pour le jeune : Pour des étudiants dont le budget est limité (voir les aides pour les jeunes et étudiants), la cohabitation intergénérationnelle représente une opportunité de bénéficier d’un logement à bas coût, voire gratuit dans certains cas. C’est aussi l’occasion de créer un lien avec une génération avec laquelle ils ne seraient pas forcément en contact.

Ainsi, s’il s’agit avant tout d’une démarche solidaire. La cohabitation intergénérationnelle comporte aussi des aspects pratiques et économiques pour tous.

Pour que cette cohabitation se déroule dans les meilleures conditions possibles, il est recommandé de passer par une association et d’établir un contrat de location (voir ci-dessous).

 

Comment fonctionne la colocation avec une personne âgée ?

Il n’est pas obligatoire de rédiger un contrat de location pour cohabiter avec une personne âgée ou un étudiant. Vous pouvez en effet choisir d’organiser vous-même les termes de la colocation.

Toutefois, mieux vaut se faire accompagner par une association (voir comment se faire aider), notamment pour donner un cadre juridique à votre démarche ou encore pour trouver le « binôme » idéal.

Ce concept de colocation solidaire ne possédait pas, jusque récemment, de cadre juridique. Cela pouvait rebuter certaines personnes et notamment les étudiants qui souhaitaient bénéficier des aides au logement.

Avec la publication de la Loi Elan fin 2018, il est désormais possible de signer un « contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire ». S’il n’existe pas encore de modèle type de ce contrat, des règles bien précises peuvent d’ores et déjà être mises à l’écrit dans un contrat classique et déterminer les conditions de la location ou sous-location au regard de la loi (durée du bail, préavis, loyer…).

LE CONTRAT DE COHABITATION INTERGÉNÉRATIONNELLE SOLIDAIRE : QUE DIT LA LOI ?

Quelles sont les conditions de la coloc intergénérationnelle ?

Ce type de « contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire » s’adresse aux personnes âgées de 60 ans et plus (locataires ou propriétaires) souhaitant louer ou sous-louer une partie de leur logement à des jeunes de 30 ans maximum.

 

Comment est fixé le loyer habitat intergénérationnel ?

La loi prévoit un système souple. Ainsi, la personne âgée et l’étudiant peuvent établir librement la durée du bail et le montant du loyer (celui-ci devant toutefois resté « modeste »).

A noter que la colocation intergénérationnelle peut aussi se faire gratuitement. En ce qui concerne la durée du préavis, il est de 1 mois dans le cadre de l’habitat intergénérationnel.

 

Quelles sont les obligations du senior ?

Si un senior souhaite héberger un jeune au sein du logement dont il est lui-même locataire, il devra alors en informer son bailleur.

Celui-ci ne pourra en aucun cas s’opposer à cette sous-location.

 

Qu’en est-il des « obligations » du jeune ?

Sans que cela ne soit obligatoire, le contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire pourra prévoir la réalisation de « menus services »  par le jeune.

Ces services devront rester ponctuels et  « sans but lucratif pour aucune des parties » (on peut citer par exemple des promenades, des travaux de bricolage ponctuels, des temps d’échanges…).

 

La cohabitation intergénérationnelle et l’aide au logement

En signant un contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire, les deux parties (le jeune et le senior) ont alors le droit de percevoir les Aides Personnalisées au Logement (APL) de même que lors d’une colocation classique.

Si la personne âgée percevait déjà des APL avant de sous-louer une partie de son logement, le loyer qu’elle percevra de la part du jeune ne sera pas pris en compte dans le calcul de ses ressources. Cela permet donc de disposer d’un véritable complément de revenus.

Vous avez des questions sur la rédaction et le contenu de ce contrat ? Vous souhaitez vous faire accompagner par des personnes compétentes pour donner un cadre juridique et rassurant à votre démarche ? De nombreuses associations se sont spécialisées dans la cohabitation intergénérationnelle et pourront vous accompagner tout au long du processus. Vous pouvez consultez les détails dans cette partie.


Association pour la colocation intergénérationnelle : Qui contacter ?

Faciliter la mise en relation

Comme évoqué ci-dessus, les règles de la colocation intergénérationnelle sont prévues par la loi. Cependant, le cadre reste assez souple et il n’est pas toujours facile de trouver un jeune ou une personne âgée avec qui cohabiter.

Pour faciliter la mise en relation de ces deux générations et aider chaque personne à choisir la »formule » qui lui convient le mieux, de nombreuses associations proposent leurs services. Elles vous aideront à :

  • Rédiger un contrat de location adapté à votre situation et conforme à la Loi Elan
  • Trouver le bon colocataire en fonction de vos attentes (création de « binômes »)
  • Avoir un suivi tout au long de votre colocation en cas de problème

La plupart de ces associations sont regroupées au sein du réseau COSI (Cohabitation Solidaire Intergénérationnelle), présent sur 30 départements de France (métropole et Outre-mer).

Chaque année, ces structures aident 1.100 jeunes et seniors à trouver le type de cohabitation intergénérationnelle qui leur convient.

Pour prendre contact avec la structure la plus proche de chez vous, cliquez simplement sur l’annuaire en page d’accueil du site https://reseau-cosi.org/ comme visible sur la photo ci-dessous :

coloc intergénérationnelle

Puis cliquez sur le département de votre choix (directement sur la carte ou sur un nom de département juste en-dessous). Vous obtiendrez alors les coordonnées postales, mail et téléphoniques de l’association la plus proche de chez vous.

Vous pouvez aussi contacter la fédération Ensemble 2 Générations. Avec plus de 30 agences en France, cet ensemble de structures dédiées à la colocation intergénérationnelle accompagne 650 « binômes jeunes/seniors » chaque année.

Pour obtenir les coordonnées du la structure la plus proche de chez vous, rendez vous sur la page contact du site et cliquez sur la ville qui vous intéresse.

 

Exemples d’habitat intergénérationnel par des associations

Maison en ville : Une association rennaise pour la solidarité entre générations

Association laïque d’initiative chrétienne, « Maison en ville » multiplie les actions d’entraide entre générations depuis sa création en 1998.

Basée à Rennes, l’association conseille, oriente et accompagne les personnes souhaitant se lancer dans la colocation intergénérationnelle :

  • En sélectionnant les profils pouvant faire des bons binômes jeunes/seniors avec des entretiens approfondis
  • En organisant la cohabitation avec, notamment, la signature d’une convention signée par les deux colocataires
  • En suivant la relation tout au long du contrat de location : conseils, médiation…

Reconnue et soutenue par la Fondation de France, « Maison en Ville » fait partie de la fédération Ensemble 2 Générations. Si vous souhaitez en savoir sur cette association, rendez-vous sur www.lamaisonenville.fr

 

Tiss’Ages : Une initiative de l’association AILES

Tout comme pour les actions mises en place par Maison en ville, Tiss’Ages a pour but d’accompagner les personnes désirant se lancer dans la cohabitation intergénérationnelle en :

  • Organisant des rencontres pour que les futurs colocataires fassent connaissance
  • Faisant signer une convention de cohabitation (minimum 4 mois) et une charte de bonnes pratiques
  • Assurant des visites régulières tout au long de la cohabitation pour s’assurer du bon déroulement

Pour pouvoir bénéficier de cet accompagnement, les colocataires doivent uniquement payer une adhésion annuelle d’un montant de 30 euros, ainsi que des frais mensuels de suivi de convention (35 euros pour l’hébergé et 15 euros pour l’accueillant).

Si vous souhaitez en savoir plus sur Tiss’Ages, rendez-vous sur ce lien. Vous pouvez également prendre contact avec l’association AILES au 02 98 44 45 18.

Si vous souhaitez partager votre expérience de la cohabitation intergénérationnelle ou promouvoir les associations proche de chez vous, nous vous invitons à le faire sur notre forum.





Crédit photo : © Syda Productions / Adobe

Noter cet article
Laisser une réponse

Posez votre question