Rénovation d’un appartement ou d’une maison : 9 étapes à suivre pour réussir et les pièges à éviter

prix rénovation maisonChanger de fenêtres, remplacer le revêtement de sol du salon, isoler la toiture, installer une piscine dans le jardin, opter pour un chauffage plus écologique et efficient… De nombreux Français souhaitent moderniser leur habitation.

Et parce que tous ces travaux de rénovation ont un coût, des aides sont disponibles comme l’éco PTZ, la Prime Énergie ou encore le Prêt pour l’Amélioration de l’Habitat (PAH) de la CAF. Elles permettent ainsi d’alléger le budget rénovation des ménages.

Vient ensuite le moment de choisir un artisan. Pour cela, il est primordial de faire confiance au bouche-à-oreille, mais surtout de faire établir plusieurs devis afin de comparer prix et prestations. Une fois ces précieux documents en main, mieux vaut vérifier les compétences et le sérieux des entreprises grâce aux avis d’anciens clients et aux mentions légales obligatoires (assurance professionnelle, garantie décennale, numéro de SIRET, etc.).

Qui dit rénovation appartement ou maison, dit démarches administratives ! S’il s’agit d’un bien en copropriété, il n’est pas rare de se voir imposer certains matériaux, teintes ou techniques afin de conserver une harmonie entre les différents logements. Certaines transformations sont par ailleurs soumises au vote de l’assemblée générale. Quant aux maisons individuelles, c’est auprès de la mairie que tout se passe. Une demande de permis de construire ou une déclaration préalable de travaux peut être obligatoire pour respecter la politique d’urbanisme local.

Une fois toutes ces étapes franchies, c’est le début du chantier. Des inspections ponctuelles pendant les travaux sont fortement recommandées en cas d’absence sur place, afin d’éviter toute mauvaise surprise. Enfin, c’est l’heure de la visite de réception des travaux, dernier échange avec l’artisan. La vigilance est requise pour contrôler le résultat final et s’assurer que tout est conforme au contrat.

Pour en savoir plus sur les 9 étapes pour réussir la rénovation de votre habitat, sur les formalités administratives obligatoires et sur le choix d’un artisan, poursuivez la lecture de cet article et faites vos demandes de devis gratuitement en quelques clics.





Prix rénovation maison ou appartement : définissez votre budget

Déterminez la somme allouée à la rénovation de votre habitat

Rénover sa maison ou son appartement a toujours un coût, surtout s’il s’agit de gros travaux d’isolation. Il est donc primordial de commencer par établir votre budget.

Cela vous permettra de savoir si vous avez besoin d’une aide financière ou d’un prêt travaux. Pour amoindrir la facture finale, suivez ces deux premières étapes.

 

1/ Tester votre éligibilité aux aides à la rénovation

Dans de nombreux cas, les propriétaires, et même certains locataires, peuvent profiter d’aides à la rénovation. En voici un florilège.

L’éco PTZ ou prêt à taux zéro

Réservé aux propriétaires d’un logement de plus de 2 ans, l’Eco PTZ est destiné aux travaux d’amélioration et de rénovation énergétique (isolation des murs, isolation de la toiture, remplacement d’un chauffage polluant, etc.).

D’un montant pouvant grimper jusqu’à 30 000 €, il peut être remboursé sous 15 ans. Et bien sûr, avec lui, aucun intérêt bancaire à régler en supplément !

Côté critère d’éligibilité, vos ressources ne sont plus prises en compte. En revanche, vous devrez obligatoirement choisir un artisan ou une entreprise RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), ainsi qu’une banque qui propose ce type d’emprunt (cela concerne la plupart des banques).

La demande d’éco PTZ se fait directement auprès de l’établissement bancaire accompagnée du formulaire adéquat et d’un devis.

Il existe différents prêts aidés pour rénover votre logement. Selon le dispositif choisi, des conditions en termes de ressources, de logement ou de travaux doivent être respectées. Découvrez comment demander un crédit travaux.

Le Prêt pour l’Amélioration de l’Habitat de la CAF (PAH)

Contrairement à l’Eco prêt à taux zéro, le PAH s’adresse aussi bien aux propriétaires qu’aux locataires. En outre, son montant est bien plus faible puisqu’il atteint seulement 80% du prix des travaux tout en étant limité à 1.067,14 €. Son remboursement, quant à lui, est échelonné sur 3 ans maximum.

Le PAH de la CAF n’est pas soumis à des plafonds de revenus. Mais comme il s’agit d’une enveloppe définie, il arrive régulièrement que les ressources deviennent un des critères de priorité.

Pour faire la demande de prêt pour l’amélioration de l’habitat, c’est très simple. Il suffit de remplir le formulaire Cerfa n°11382*02 et de le renvoyer à votre organisme. Sur ce document, vous devrez notamment expliciter la nature des travaux souhaités, ainsi que le budget estimé. Un devis détaillé devra également être joint.

La Prime Énergie

Offerte par les fournisseurs d’énergie, la Prime Énergie est là pour inciter les propriétaires à effectuer des travaux de performance énergétique (chauffage et isolation notamment). Cette aide à la rénovation n’est pas plafonnée. En revanche, son montant varie suivant l’importance des économies d’énergie réalisées à l’issue du chantier, mais aussi de la région du logement, les matériaux utilisés et les revenus du bénéficiaire.

Depuis 2019, il n’existe plus de critère de ressources à respecter. Une distinction est malgré tout faite entre les ménages modestes et les autres.

Pour connaître le montant de votre Prime Énergie et en faire la demande, rapprochez-vous de votre fournisseur d’énergie.

Ma Prime Rénov 

Créée le 1er janvier 2020, Ma Prime Rénov regroupe le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique) et les aides Habiter mieux agilité de l’Anah.

Cette aide est uniquement versée aux propriétaires qui s’engagent dans des travaux de rénovation énergétique (isolation, chauffage, ventilation, etc.) et dont les ressources respectent certains plafonds. Les bénéficiaires sont ainsi séparés en deux catégories : les ménages modestes et les ménages très modestes. Suivant cette distinction, le montant de votre aide varie, sans toutefois dépasser 20.000 €.

Pour faire votre demande de Prime Rénov, rendez-vous directement sur le site MaPrimeRenov, et ce, avant le début du chantier.

De nombreux dispositifs (aide ou prêt) permettent aux locataires et propriétaires de rénover leur logement. Tous les dispositifs sont consultables ci-dessous :

 

2/ S’assurer que les travaux de rénovation sont à votre charge

En France, il existe de nombreux travaux à la charge du propriétaire. Alors, si vous êtes locataire, ne vous lancez pas dans un chantier avant d’avoir vérifié que les travaux souhaités vous incombent bel et bien.

Pendant toute la durée d’un bail, le propriétaire a l’obligation d’entretenir et de réparer la maison ou l’appartement loué, notamment :

  • Les travaux d’amélioration des parties communes de l’immeuble : installation d’un digicode ou d’un ascenseur, ravalement de façade, etc
  • Les travaux d’amélioration de l’appartement ou de la maison : pose d’un parquet, installation d’une cuisine équipée, etc
  • Les travaux au maintien en état du logement : changement de robinetterie vétuste, remplacement de volets abîmés par le temps, etc
  • Les travaux d’amélioration de la performance énergétique du logement : isolation de la toiture, remplacement de chaudière, etc
  • L’entretien de la toiture

Du côté du locataire, il est tenu d’effectuer :

  • les réparations causées par sa propre faute : vitre cassée, rebouchage de trous dans les murs, etc.
  • l’entretien courant de l’habitation : nettoyage des sols, dégorgement des canalisations d’eau, entretien annuel de la chaudière, etc.

Le locataire peut donc demander au propriétaire de respecter ses obligations, notamment si un dommage apparaît dans le logement. Si le bailleur ne fait pas le nécessaire, il a le droit de le mettre en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception. Sans réponse de sa part dans les 2 mois qui suivent, il peut alors saisir la commission départementale de conciliation ou le greffe du tribunal.

Si vous êtes propriétaire et que vous souhaitez rénover l’appartement ou la maison en cours de bail, vous devrez adresser une notification par lettre recommandée avec accusé de réception à votre locataire avant le commencement des travaux. À l’intérieur, vous préciserez notamment :

  • La nature des travaux prévus : amélioration du bien, urgence, isolation, etc
  • Les modalités : date de début du chantier, durée, etc

Bon à savoir : Si les travaux s’étalent sur plus de 21 jours, le propriétaire est tenu d’accorder une réduction proportionnelle sur le montant du loyer.

 

Trouver un artisan pour rénover un appartement ou une maison

Parce qu’il connaît sur le bout des doigts les lois, normes et autres réglementations, l’artisan est le professionnel privilégié de toute personne qui souhaite rénover son appartement ou sa maison.

Ainsi, vous vous assurez que votre habitation soit fonctionnelle et agréable à vivre au quotidien. Mais encore faut-il dénicher la perle rare !

 

3/ Établir plusieurs devis avant de faire votre choix

Le prix est un des critères essentiels lorsqu’il s’agit de choisir un artisan pour la rénovation. Bien évidemment, il faut aussi tenir compte de ses compétences, de son sérieux et de ses délais, mais nous en parlerons plus loin dans cette partie.

N’hésitez donc pas à demander au moins 3 devis différents, vous aurez ainsi une meilleure base pour comparer les professionnels. Une fois reçus, ne vous contentez pas du seul prix total ! Prêtez une attention toute particulière à tous les renseignements donnés tels que :

  • Les coordonnées et numéros officiels de l’entreprise (numéro de SIRET par exemple), gage de sérieux
  • Le type de travaux effectués (techniques, matériaux, etc.)
  • Le prix de la main d’œuvre
  • Le prix du transport du matériel et du déplacement des ouvriers
  • Les dates prévisionnelles de début et de fin du chantier…

Pour gagner du temps : Parce qu’il peut être fastidieux de rechercher les coordonnées des artisans près de chez vous et d’envoyer vos demandes de devis, obtenez simplement des devis gratuits ci-dessous : 

Après avoir rempli un formulaire unique, vous recevrez jusqu’à 3 devis personnalisés sans avoir à débourser un centime. Pratique et rapide.

 

4/ Constater les compétences de l’artisan

Avant de choisir votre artisan, il est indispensable de s’assurer qu’il est compétent dans son domaine et qu’il saura rénover votre appartement ou votre maison suivant vos attentes et exigences.

Pour cela, vous pouvez :

  • Visiter son site Internet s’il en a, en particulier la page dédiée à ses réalisations
  • Lire les avis laissés sur Internet (forums, réseaux sociaux, etc.)
  • Contacter d’anciens clients pour connaître leur ressenti (et leur satisfaction !)
  • Se rendre sur des chantiers déjà terminés pour observer les finitions et autres détails pour les travaux extérieurs

Au-delà de ces preuves de sérieux, pensez également à vérifier que tout est en ordre au niveau administratif :

  • L’artisan doit être immatriculé au répertoire des métiers : le numéro attribué doit impérativement apparaître sur son devis
  • L’artisan, s’il fait partie d’une entreprise ou s’il est auto-entrepreneur, doit posséder un numéro SIRET

Avoir déclaré son activité est crucial pour votre propre sécurité (respect des normes et de la réglementation par exemple), mais aussi en cas de souci : l’artisan engage sa responsabilité et devra répondre de ses obligations légales.

Enfin, ce dernier doit être assuré, ce qui vous garantit une certaine sérénité d’esprit :

  • L’assurance responsabilité civile professionnelle : elle couvre tous les dommages dus à une erreur de l’artisan
  • La garantie décennale : uniquement souscrite pour les travaux de gros œuvre, elle vous assure pour tous les dommages qui peuvent affecter la construction dans sa solidité (balcon par exemple) pendant 10 ans
  • La garantie de parfait achèvement : elle couvre les défauts de conformité pendant 1 an

N’hésitez donc pas à demander des justificatifs à votre artisan pour vérifier que tout est en ordre !


Avant la rénovation, réalisez les démarches administratives

Que vous souhaitiez rénover votre appartement en copropriété ou votre maison, vous ne pouvez pas laisser libre cours à votre imagination. Il existe certaines règles (Plan Local d’Urbanisme, règlement de copropriété, etc.) qu’il faut respecter.

 

5/ Rénovation appartement dans une copropriété : les étapes à suivre

Si vous êtes propriétaire d’un appartement en copropriété, commencez par éplucher le règlement de copropriété.

En effet, il est tout à fait possible que certains travaux, matériaux ou techniques soient prohibés par ledit règlement. Pour d’autres, vous devrez en faire la demande auprès de l’assemblée générale.

Cela peut être pour le cas si :

  • Vous voulez changer vos fenêtres et améliorer l’isolation de votre appartement avec du double vitrage : afin que la façade de l’immeuble reste harmonieuse, vous pourrez être obligé d’utiliser certains matériaux ou couleurs
  • Vous voulez remplacer votre vieille porte d’entrée par un modèle blindé : toujours dans le même esprit de cohérence, certaines copropriétés vous imposeront le choix de la teinte
  • Vous voulez remplacer votre carrelage et opter pour du parquet : afin d’éviter les nuisances sonores, certains revêtements de sol peuvent être interdits, comme le parquet flottant
  • Vous voulez installer un climatiseur sur votre balcon : le bruit de l’appareil et son design peuvent poser problème

Le mieux est de préparer scrupuleusement votre argumentaire en faisant ajouter votre demande à l’ordre du jour et en fournissant un plan détaillé, un devis et des études. Si vous êtes transparent et rassurant, vos voisins devraient accepter votre requête.

Important : De nombreux règlements de copropriété prévoient des contraintes en matière de jours d’intervention et d’horaires autorisés. N’hésitez donc pas à transmettre ce document à votre artisan afin que vous puissiez vous organiser.

 

6/ Rénovation d’une maison : les démarches à réaliser

Si vous êtes propriétaire d’une maison, les démarches seront très différentes : dans certains cas, vous devrez faire une demande de permis de construire ou une déclaration préalable de travaux. Cela permet simplement à la commune de vérifier que votre projet de rénovation respecte sa politique d’urbanisme locale.

Avant de commencer le chantier, renseignez-vous au service urbanisme de votre mairie pour savoir si vos futurs travaux sont concernés par le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Si c’est le cas, vous devrez faire une demande de permis de construire notamment pour :

  • Toute extension ou surélévation de plus de 40 m²
  • Tout agrandissement de 20 m² à 40 m² si la surface totale de votre habitation après travaux dépasse les 150 m²

Pour certains chantiers plus modestes, une simple déclaration préalable de travaux suffit comme :

  • Pour la création ou le remplacement de portes ou de fenêtres
  • pour le changement de toiture
  • pour la construction d’un petit abri de jardin
  • pour la construction d’une piscine…

À savoir : Ces démarches demandent du temps (montage du dossier, instruction, délai de recours des tiers). Il faut donc vous y atteler le plus rapidement possible.

Enfin, pour tous les petits aménagements (moins de 5 m²), vous n’avez aucune formalité administrative à réaliser.

 

Début du chantier : les travaux de rénovation peuvent commencer

Vous avez suivi les différentes étapes ? Vous avez trouvé votre artisan, signé son devis et versé l’acompte ? Alors, le chantier peut démarrer !

 

7/ S’organiser pour la durée du chantier

Si vous habitez dans le logement à rénover et que le chantier est important, il est essentiel de trouver une solution avec le professionnel.

La plupart du temps, le mieux est de demander à ce que les travaux soient réalisés en plusieurs fois pendant vos congés. De cette manière, le chantier ne vous gênera pas puisque vous serez absent.

S’il n’est pas possible pour vous de quitter votre appartement ou votre maison, optez plutôt pour un chantier à la belle saison. Ainsi, vous pourrez plus facilement aérer les différentes pièces (et pourrez sortir durant les heures de travail de votre artisan).

L’idéal serait bien évidemment que vous puissiez loger chez un de vos proches pendant toute la durée du chantier.

Enfin, si vous ne vivez pas encore dans l’habitation en cours de rénovation (dans le cas d’un achat par exemple), alors c’est parfait, vous n’aurez pas les désagréments et les nuisances sonores du chantier !

À noter : Si vous rénovez un appartement en copropriété, les plages horaires ainsi que les jours travaillés vous seront imposés par le règlement.

 

8/ Faire des visites régulières sur le chantier

Si vous n’êtes pas présent sur les lieux durant les travaux, nous vous conseillons très fortement de venir régulièrement sur place pour vérifier l’avancement du chantier. N’hésitez pas à garde sous la main le plan de votre logement et prendre des notes et des photos. Vous pourrez les utiliser pour d’éventuelles remarques ou demandes d’explication auprès de l’artisan ou de l’entreprise concernée.

En cas de problème, imposez une réunion avec les différents professionnels afin de trouver une solution rapidement. Si une faute a bel et bien été commise par l’artisan, ce dernier a l’obligation de refaire les travaux : le résultat doit être en accord avec le devis signé par vos soins. Cependant, si vous voulez apporter des modifications inopinées au fur et à mesure du chantier, celles-ci vous seront facturées en supplément.

 

9/ Programmer une visite de réception des travaux

À la fin du chantier, votre artisan programmera une visite de réception des travaux. Ce rendez-vous est essentiel puisque c’est à compter de cette date que débutent la garantie décennale et la garantie de parfait achèvement. C’est généralement aussi à ce moment-là que vous devrez verser le solde de votre facture.

Durant cette visite, il est donc indispensable de contrôler que tous les travaux de rénovation commandés ont bien été réalisés suivant ce qui a été convenu. Ne vous contentez pas d’un simple coup d’œil, mais vérifiez les mesures à l’aide d’un mètre, reportez-vous aux détails indiqués dans votre contrat, sur les plans et/ou sur le devis.

Vous aurez ensuite le choix :

  • Accepter les travaux si vous n’avez repéré aucune anomalie
  • Émettre des réserves, en cas de défauts apparents qui doivent être réparés
  • Refuser les travaux si les dommages sont trop importants ou si lesdits travaux ne sont pas conformes au contrat signé.

📚 D’autres articles peuvent vous intéresser : selon vos projets (achat immobilier ou réalisation de travaux), certains dispositifs peuvent vous venir en aide :





Crédit photo : © StockUnlimited

Noter cet article
Laisser une réponse

Posez votre question