Jour férié : Quels sont les jours fériés en France ? Calendrier 2021, 2022 et 2023

Les jours fériés constituent des jours de fête légale. La liste des jours fériés est définie par le Code du travail. Si vous travaillez un jour férié, vous percevez une rémunération adaptée notamment s’il s’agit du 1er mai. Il existe 11 jours fériés en France, correspondant à des fêtes civiles, fêtes chrétiennes et commémorations des deux premières guerres mondiales.

Ces 11 jours fériés peuvent être une date fixe ou une date variable selon les années. Retrouvez les dates de jours fériés jusqu’en 2023 dans cette partie. À ces jours s’ajoutent des jours fériés supplémentaires en Alsace-Moselle (plus d’infos) et une journée de la commémoration de l’abolition de l’esclavage dans les départements d’outre-mer (en savoir plus).

À l’exception du 1er mai, les jours fériés ne sont pas obligatoirement chômés. Votre employeur peut vous demander de travailler si les dispositions conventionnelles de votre entreprise n’ont pas prévu de congés sur ces jours-là.

Si vous souhaitez connaitre le  calendrier des prochains jours fériés et savoir les 11 jours fériés légaux en France, consultez cet article.




Quand tombent les jours fériés en 2021, 2022 et 2023 ?

Il existe 11 jours fériés listés dans le Code du travail en France. Des territoires (Alsace-Moselle et Départements d’outre-mer) bénéficient de jours fériés supplémentaires.

 

Les prochaines dates de jours fériés pour l’ensemble du territoire français

Jour férié 2021 2022 2023
Jour de l’an Vendredi 1er janvier Samedi 1er janvier Dimanche 1er janvier
Lundi de Pâques Lundi 5 avril Lundi 18 avril Lundi 10 avril
Fête du travail Samedi 1er mai Dimanche 1er mai Lundi 1er mai
Victoire 1945 Samedi 8 mai Dimanche 8 mai Lundi 8 mai
Jeudi de l’ascension Jeudi 13 mai Jeudi 26 mai Jeudi 18 mai
Lundi de la Pentecôte Lundi 24 mai Lundi 6 juin Lundi 29 mai
Fête nationale Mercredi 14 juillet Jeudi 14 juillet Vendredi 14 juillet
Assomption Dimanche 15 aout Lundi 15 aout Mardi 15 aout
Toussaint Lundi 1er novembre Mardi 1er novembre Mercredi 1er novembre
Armistice 1918 Jeudi 11 novembre Vendredi 11 novembre Samedi 11 novembre
Noël Samedi 25 décembre Dimanche 25 décembre Lundi 25 décembre

 

Calendrier des prochains jours fériés supplémentaires en Alsace-Moselle

En Alsace-Moselle, il existe deux jours fériés supplémentaires :

  • Le Vendredi saint : le vendredi précédent le lundi de Pâques. Ce jour est férié en Alsace-Moselle dans les communes ayant un temple protestant ou une église mixte
  • La Saint-Étienne : le lendemain du jour de Noël soit le 26 décembre
Jour férié 2021 2022 2023
Vendredi Saint Vendredi 2 avril Vendredi 15 avril Vendredi 7 avril
Saint-Étienne Dimanche 26 décembre Lundi 26 décembre Mardi 26 décembre

 

Calendrier du jour férié supplémentaire en outre-mer

Les Départements d’outre-mer bénéficient d’un jour férié supplémentaire : le jour de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. La date de ce jour est variable selon les départements.

Date du jour de la commémoration de l’abolition de l’esclavage :

Jour férié 2021 2022 2023
Guadeloupe Jeudi 27 mai Vendredi 27 mai Samedi 27 mai
Guyane Jeudi 10 juin Vendredi 10 juin Samedi 10 juin
Martinique Samedi 22 mai Dimanche 22 mai Lundi 22 mai
Mayotte Mardi 27 avril Mercredi 27 avril Jeudi 27 avril
La Réunion Lundi 20 décembre Mardi 20 décembre Mercredi 20 décembre
Saint Barthélémy Samedi 9 octobre Dimanche 9 octobre Lundi 9 octobre
Saint Martin Jeudi 27 mai Vendredi 27 mai Samedi 27 mai


Présentation des jours fériés en France

Le 1er janvier : jour de l’an

Le jour de l’an est  le premier jour de l’année. Le 1er janvier est un jour férié depuis 1810.

Le jour de l’an n’est pas obligatoirement chômé même si dans les faits, ce jour suivant le réveillon de la Saint-Sylvestre, est peu travaillé en France. Ce jour férié est non travaillé en cas d’accord d’entreprise, d’établissement ou de branche ou tout simplement décidé par votre employeur.

En cas de jour chômé le 1er janvier, vous ne subissez pas de perte de salaire si vous totalisez au moins trois moins d’ancienneté dans l’entreprise. Et vous n’êtes pas tenu(e) de récupérer les heures non effectuées lors de ce jour férié chômé.

Si vous travaillez le jour de l’an, la loi ne prévoit pas de majoration de salaire, mais des dispositions plus favorables peuvent être présentes dans les conventions collectives.

 

Le lundi de Pâques

Le lundi de Pâques est un jour férié en France depuis 1801. La date est variable selon les années. Ce jour férié est situé entre le 23 mars et le 26 avril.

Le lundi de Pâques n’est pas obligatoirement un jour férié chômé. Ce jour férié est un jour chômé en cas d’accord d’entreprise, d’établissement ou de branche ou sur décision de  votre employeur.

Si vous ne travaillez pas le lundi de Pâques, vous ne perdez pas de salaire si vous avez au moins trois moins d’ancienneté dans l’entreprise. Et les heures non effectuées lors de ce jour férié chômé ne sont pas à récupérer.

Si vous travaillez ce jour-là, la majoration de salaire n’est pas automatique, mais des conventions collectives peuvent l’imposer.

 

Le 1er mai : la fête des Travailleurs

Le 1er mai est un jour férié en France depuis 1947. Cette journée est la fête du Travail. Le 1er mai est le seul jour férié obligatoirement chômé. Néanmoins, vous pouvez être amené(e) à travailler lorsque vous êtes employé(e) dans une entreprise ou établissement qui ne peut pas interrompre le travail en raison de son activité (hôpitaux, transports publics…).

Si vous ne travaillez pas le 1er mai, vous ne pouvez pas subir une réduction de salaire. Si vous êtes rémunéré(e) à l’heure, à la journée ou au rendement, votre employeur doit vous verser une indemnité égale à la perte de rémunération étant donné ce jour chômé.

Si vous travaillez le 1er mai, vous bénéficiez du doublement de votre rémunération.

 

Le 8 mai : victoire des Alliés en 1945

La date du 8 mai marque la fin de la seconde guerre mondiale en 1945 avec la victoire des Alliés (France, États-Unis, Grande-Bretagne, URSS…). Le 8 mai a été rétabli comme jour férié depuis 1981.

Comme les autres jours fériés à l’exception du 1er mai, le 8 mai n’est pas un jour obligatoirement chômé. Mais, il est non travaillé pour la très grande majorité des salariés français.

Si vous n’exercez pas votre profession le 8 mai, vous ne perdez pas de revenus si votre ancienneté dans votre entreprise est égale ou supérieure à trois mois.

Si vous travaillez ce jour-là, le doublement de votre salaire journalier n’est pas automatique, mais des conventions collectives peuvent le prévoir.

 

Le jeudi de l’Ascension

Le jeudi de l’ascension est une fête chrétienne. Ce jour férié est positionné 40 jours après le dimanche de Pâques. La date du jeudi de l’Ascension est donc variable selon les années et est fixée entre le 30 avril et le 3 juin.

À l’instar des autres jours fériés (hors 1er mai), ce jour de l’ascension n’est pas obligatoirement chômé. Mais, il est généralement non travaillé dans de nombreuses entreprises ou établissements.

Par ailleurs, le vendredi suivant ce jour férié est également chômé pour certains salariés. Ce pont ne fait pas l’objet d’une réglementation, mais il peut être prévu dans des accords ou conventions ou sur décision de votre employeur.

La majoration de rémunération n’est pas automatique si vous travaillez le jeudi de l’ascension.

 

Le lundi de la Pentecôte

Le lundi de la Pentecôte est une fête chrétienne et est jour férié depuis 1886. La date du lundi de Pentecôte varie selon les années et est positionnée 50 jours après le dimanche de Pâques. Ce jour férié est donc placé entre le 11 mai et le 14 juin.

Le lundi de la Pentecôte n’est pas obligatoirement chômé. Ce jour férié est d’ailleurs lié à la journée de solidarité mise en place en 2004. Cette journée solidarité est une journée de travail obligatoire non rémunérée afin de financer des actions pour les personnes âgées et personnes handicapées.

Depuis 2008, le lundi de la Pentecôte n’est plus lié à la journée de solidarité même si celle-ci perdure. En cas de jour chômé le lundi de la Pentecôte, vous ne subissez pas de perte de salaire (si au moins 3 moins d’ancienneté dans l’entreprise).

 

Le 14 juillet : la fête nationale française

Le 14 juillet est la fête nationale française. Cette date est jour férié depuis 1880 et a été choisie en référence à la prise de la Bastille en 1789 et la Fête de la Fédération en 1790.

Bien que le 14 juillet soit jour de fête nationale, ce jour n’est pas nécessairement non travaillé. Cela dépend d’un accord d’entreprise, d’établissement, de branche ou de la décision de votre employeur.

Si vous ne travaillez pas le 14 juillet, vous n’avez pas à récupérer ces heures non effectuées. Mais, si le 14 juillet  tombe un jour non travaillé habituellement, vous ne pouvez pas prétendre à un jour de congé supplémentaire.

En cas de travail le jour de la fête nationale, la majoration de salaire n’est pas obligée par la loi.

 

Le 15 août : l’Assomption

L’assomption est une fête chrétienne et est positionnée le 15 août de chaque année.

Ce jour est chômé s’il est prévu des dispositions en ce sens, c’est-à-dire des accords d’entreprise, d’établissement ou de branche, des conventions ou de décision de l’employeur. Si vous êtes salarié(e) de moins de 18 ans, vous ne pouvez pas travailler les jours fériés légaux sauf si vous exercez dans un secteur spécifique (restauration, hôtellerie, café, jardinerie, spectacle…).

Concernant la rémunération, la loi est identique aux autres jours fériés (à l’exception du 1er mai) avec une majoration de rémunération non automatique.

 

Le 1er novembre : la Toussaint

La Toussaint est une fête chrétienne et est fixée chaque année le 1er novembre. Ce jour férié tombe chaque année pendant les vacances scolaires de la Toussaint.

Si ce jour est chômé dans votre entreprise ou établissement, vous ne perdez pas de rémunération si vous avez au moins 3 mois d’ancienneté.

Mais si vous êtes salarié(e) travaillant à domicile ou salarié(e) intermittent, le paiement des jours fériés n’est pas dû sauf exception.

Si vous travaillez le jour de la Toussaint, votre salaire ne sera pas valorisé sauf accord ou décision de votre employeur.

 

Le 11 novembre : l’Armistice 1918

Le 11 novembre est un jour férié en commémoration de la 1ère guerre mondiale et de l’armistice de 1918. Cette date est jour férié depuis 1922 en France.

Si vous ne travaillez pas le 11 novembre, vous ne subissez pas de retenue de salaire si votre ancienneté dans l’entreprise est supérieure ou égale à trois mois. Vous serez également rémunéré(e) si vous êtes salarié(e) saisonnier si votre ancienneté cumulée dans l’entreprise est d’au moins 3 mois.

Votre salaire est identique à un autre jour de travail sauf convention ou accord.

 

Le 25 décembre : fête de Noël

Le 25 décembre est la fête de Noël, un jour traditionnel de regroupement familial.

Mais votre employeur peut en toute légalité vous demander  de venir travailler ce jour-là, si les dispositions conventionnelles de l’entreprise n’ont pas prévu de congé.

Comme les autres jours fériés, vous n’avez pas à récupérer ce temps non effectué, si vous ne travaillez pas le jour de Noël. Votre salaire n’est pas majoré sauf si prévu dans la convention collective de travail.

 

D’autres articles sur les rémunérations particulières peuvent vous intéresser

Outre les jours fériés, d’autres cas peuvent ouvrir une rémunération spécifique. Nous détaillons les différentes dispositions dans ces articles :




Crédit photo : © StockUnlimited

Laisser une réponse

À quelles aides sociales avez-vous droit ? Simulation gratuite
Posez votre question